Le choix de partir

Le choix de quitter la France, la famille et les amis ne s’est pas fait du jour au lendemain.

Pour moi ça a été très compliqué. Ca l’est toujours.

Je suis passée par plusieurs phases: le NON, le « OK, ça à l’air vraiment cool mais trop compliqué », retour du NON (revient très souvent en fonction du temps, de la lune et -aussi- de mon caractère), le « ouais youpi c’est trop génial on va s’éclater », le « je vais me sentir toute seule/on va déprimer »… puis on s’imagine vivre là-bas, et on se dit qu’on va s’y plaire.

Le voyage que nous avons fait en février a eu un réel impact sur la décision. La ville à l’air vraiment géniale, et entourée de plein de choses à découvrir. Puis lorsque j’ai vu que j’étais capable de prendre mes deux enfants sous le bras, de prendre le bus pour traverser la ville, faire les courses et organiser les déplacements en transport en commun tout le long du séjour, et bien sûr que j’étais capable de m’exprimer en anglais, je me suis dit que j’avais déjà un pied là-bas.

Ce qui me retient ici, c’est la peur. La peur de l’isolement, la peur du décalage, la peur de rester inactive. Mais là-bas se profile un nouveau projet professionnel, un nouveau projet de famille, une ouverture d’esprit, beaucoup de fun, et finalement pas plus de galères qu’ici.

Certes, nous serons loin de la famille et des amis. Notre décision s’est donc accompagnée d’une invitation à tous ceux qui voudraient passer de super vacances californiennes -et nous avoir aussi accessoirement. Nous n’avons pas nos visas que nous avons déjà deux réservations. Puis il y a les mails, FaceTime/Skype… ce n’est pas comme il y a 20 ans où on devait s’envoyer des fax, dixit ma copine L. qui sait bien de quoi elle parle!

L. justement, elle a connu l’expatriation avec ses parents, nous avons beaucoup discuté de ce qu’elle avait vécu en tant qu’enfant expatriée, avec ses hauts et ses bas. Et cela m’a pas mal rassurée. Elle a vécu de très belles choses et l’isolement fait que les liens familiaux se sont resserrés. Ce n’est pas spécifique à elle, c’est un témoignage que j’ai retrouvé dans beaucoup de récits d’expatriation.

Bref, le choix de partir se résume par beaucoup de discussions, de recherches, de disputes aussi il faut l’avouer, des consensus. Le seul conseil que je peux donner pour le moment, avec le peu de recul que j’ai sur la question, c’est de se documenter au maximum et de regarder ce que cela nous apporte, aussi bien individuellement que collectivement. Et puis sans doute aussi se dire qu’on y restera seulement X années. Cela rassure.

signature_blog

Publicités

3 réflexions sur “Le choix de partir

  1. En effet, j’ai l’impression de lire notre histoire 🙂
    Meme ressenti, memes questions, memes inquietudes…
    Une belle aventure à vivre pleinement!

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s