Las Vegas, où l’histoire des vacances forcées

Cette année, entre Noël et Jour de l’An, nous voulions partir quelque part quelques jours. On aurait pu partir au ski, mais trop cher. On aurait pu partir au soleil, mais trop cher. On s’est donc dit qu’on verrait bien au dernier moment, ce qui veut souvent dire qu’on y pense plus.

Sauf qu’on a connu un Noel bien étrange, parsemé de toilettes bouchées, de tuyaux cassés. Un matin de Noël à écoper de l’eau surgissant des toilettes, bref, le bonheur le plus complet.

img_4153

Lire la suite

State Park: Mount Diablo

Il y a pas mal de State Parks, sortes de réserves protégées, accessibles, mais très surveillées, et où l’Humain (ou ce qu’il en reste) peut communier gentiment avec Dame Nature.

Très proche de chez nous au Sud, il y a le Mount Diablo. Nous sommes allés nous y balader début janvier. En arrivant à l’entrée, vous devez vous acquitter de la somme de $10 (par voiture) et vous donne un document avec un bout de plan, quelques règles à suivre, etc… Cet argent sert évidemment à l’entretien du parc.

On peut monter au sommet du Mount Diablo en voiture. En chemin, on croise des trails pour les randonneurs, des coins pour admirer la vue, un bout de camping (c’est pas Camping Paradis, on parle du vrai camping, celui où les ours viennent vous gratouiller les pieds la nuit), et tout en haut bien sûr, une vue imprenable sur toute la vallée.

D’après Wikipédia, cette colline a vu pas mal de choses: plusieurs tribus indiennes, des conquistador, elle aurait aussi servi de point culminant pour surveiller les terres… Oui bon, en 200 ans d’histoire connue, c’est déjà pas si mal 😀

Au sommet se trouve le Mount Diablo Beacon (signal lumineux de Mount Diablo), qui était utilisé aux débuts de l’aviation pour guider les appareils qui n’avaient pas encore d’électronique pour les aider. Ce signal a été arrêté après l’attaque de Pearl Harbor durant la 2nd Guerre Mondiale, de peur que cela aide l’ennemi à entrer par avion sur le territoire. Depuis, le Mount Diablo Beacon s’illumine chaque 7 décembre, date anniversaire de l’attaque, en mémoire des troupes qui ont perdu la vie.

Petit point historique fait, nous pouvons passer aux photos, qui ne seront pas nombreuses, vu que nous y sommes allés à la tombée de la nuit, et avant de grosses averses:

blog IMG_2849

blog IMG_2855
Mt Diablo sous un lit de nuages.
blog IMG_2858
Le Mount Diablo Beacon
blog IMG_2861
A l’intérieur du beacon, pour se repérer un peu…

signature_blog

Rendez-vous sur Hellocoton !

Test produit: Blue Apron

Qui a dit que les américains mangeaient mal? Moi sûrement! Mais je trouve qu’il y a quand même quelques efforts de fait. On peut trouver de bons produits à cuisiner en se donnant la peine de chercher.

miam_time

Le problème ici je pense, c’est que beaucoup ne savent pas cuisiner. Quand je regarde les recettes de cuisine ici, c’est souvent de l’assemblage, pas de la cuisine. Il n’y a aucune technique, même simple. D’ailleurs, on voit se multiplier des recettes dites « One pot », où on met tout en même temps dans un plat, on laisse mijoter et c’est parti mon kiki.

Face à toute cette médiocrité culinaire, il y a des initiatives (comprendre « idée de business ») qui fleurissent. Je vais vous présenter l’une d’elle: Blue Apron.

BA logo
Source: http://www.blueapron.com

Pour la petite histoire, Blue Apron est une start-up dont le but est de vous fournir tout ce qu’il faut pour faire de bons repas, simples mais terriblement efficaces, et avec des produits frais et de qualité (bio, sans antibio, etc…).

Cela fonctionne par un système d’abonnement, sans engagement. Une fois par semaine/mois, vous recevez de quoi faire deux repas (pour 2 ou 4 au choix). Tout est fourni sauf: eau, sel et poivre et huile d’olive. Et les portions sont préparées à l’avance.

En terme de matériel, vous avez besoin en général:

  • d’une cuisinière (feux et four)
  • un plat qui va au four
  • une poelle
  • une grosse casserole
  • un doseur ou des cuillères doseuses (s’il y a besoin d’eau essentiellement).

C’est tout.

Tous les ingrédients vous sont livrés en carton devant chez vous (si vous n’êtes pas là, le carton reste devant la porte). Les aliments sont protégés par un sac maintenant le froid, et la viande/poisson sont même en contact de pain de glace pour les maintenir congelés. Et ça marche très bien (en même temps, il ne fait pas encore 40°C dehors).

Tous les aliments sont étiquetés (disons que les gens savent sans doute ce qu’est une carotte, mais ne font pas forcément la différence entre farine de blé et de riz…), et deux fiches recettes sont évidemment présentes pour expliquer le déroulement de la cuisson. Une autre fiche vous présente aussi un aliment particulier qui compose une des deux recettes. Par exemple cette semaine, il s’agissait du panais.

IMG_2844

IMG_2841

IMG_2872

Alors mettons tout de même les choses au clair: il s’agit de recettes ultra simples. On ne vous fera pas faire de sauce béchamel, et encore moins une blanquette. Mais on vous donne de bonnes indications sur le temps de cuisson des viandes et poissons par exemple, et on vous fait découvrir des aliments qui n’ont pas leur place dans les plats tout prêts (en tout cas ici).

Pour quelqu’un qui ne cuisine jamais, et qui a peur de s’y mettre, c’est tout de même une bonne manière de prendre confiance en soit, car à moins de regarder la télé pendant que ça cuit et donc de tout faire brûler, il est impossible de râter son repas! Et ça a aussi le mérite d’apprendre aux gens le goût des bons produits, sans avoir trois kilos de fromage « mélange mexicain » dégoulinant par bouchée.

Les 4 recettes testées jusqu’à présent ont toutes été hyper bonnes, et j’aime vraiment le concept!

Enfin voilà, c’est une très bonne découverte #Miam au pays du burger!

signature_blog

Rendez-vous sur Hellocoton !